RIDICULUM VITAE

Jean-Pierre Verheggen 

 

Avec Marie Thomas et Benoit Ribière 

(Piano et accordéon) 

Mise en scène, scénographie : Michel Bruzat

Lumières : Franck Roncière

Costumes et maquillage : Dolores Alvez Bruzat

AVIGNON DOSSIER.pdf
Document Adobe Acrobat [8.4 MB]
OFFAVIGNON2018MIDILIBRE.pdf
Document Adobe Acrobat [128.9 KB]
l'Humanité Culture et savoirs.pdf
Document Adobe Acrobat [42.5 KB]
LES ARTS ET DES MOTS AURORE JESSET240720[...]
Document Adobe Acrobat [1.5 MB]
Les 3 coups .pdf
Document Adobe Acrobat [145.0 KB]
la provence.pdf
Document Adobe Acrobat [54.0 KB]

 

Le rire devient ce plaisir des yeux et de la bouche, comme si on mangeait de la joie. Cette joie si menacée.

« Mon écriture remonte au déluge, à ce vaste orage intérieur, fou et illettré »

Les politiques ont dévoyé la langue. Ils adoptent un ton, mais il n’y a rien à l’intérieur, ils ont perdu le contenu. Ces gens qui finissent par être intoxiqués par leur propre parole, ces « imbu de parole ».
Verheggen est un « trouverheggen » d’aujourd’hui.

J’imagine déjà dans la bouche de Marie Thomas ces calembours acrobatiques et destructeurs, cet humour décapant, ce swing de boxeur des lettres, sa fantaisie féroce, sa langue - tempête.

Un éclat de rire subversif, irrespectueux.

Cette poésie a la vertu de réveiller quelque chose. Et puis cette langue rimbaldienne est pour le corps de Marie, cette funambule de l’âme.

<< Nouvelle zone de texte >>

 

 

 

 

Manifeste contre la poésie affadie au Théâtre de La Passerelle

Une nouvelle fois, le metteur en scène Michel Bruzat met en scène un auteur contemporain à Limoges (avant Avignon l’été prochain): le poète belge Jean-Pierre Verheggen ; et avec Marie Thomas, ça dépote.

Notons pour commencer le double hommage rendu dans le programme du théâtre de La Passerelle : à Jack Ralite, homme de convictions et de culture, et à Pierre Debauche, celui qui dynamisa le théâtre en Limousin au début des années 1980 et y créa le Festival des francophonies. Nul doute qu’ils se seraient sentis bien dans cette salle disposée comme un cabaret chaleureux tout entier dévoué au plaisir des mots, c’est-à-dire à la poésie, la vraie, celle qui ose, avec deux artistes de grand talent : Marie Thomas, la comédienne, et Sébastien Mesnil, le musicien.

Tout commence par la satire : celle d’une « officielle » – Ségolène Lagarde –, comme on en connaît tant (on a tout de suite des noms en tête…), venue inaugurer le théâtre comme on inaugure un rond-point routier ou une nouvelle échelle des pompiers, peu de culture et la langue qui fourche, puisque ici, les mots ne veulent rien dire, n’étant qu’au service de la démagogie. C’est le comice agricole de Flaubert, c’est le sous-préfet aux champs d’Alphonse Daudet, c’est ce qui a balayé toute une génération de femmes et d’hommes politiques lors des dernières élections législatives, car les Français n’en pouvaient plus. Ridiculum vitae, déjà.

Et puis Marie Thomas nous embarque avec les mots et les phrases manifestes de Jean-Pierre Verheggen dont on se souvient qu’il rejoignit la revue TXT – qui prônait alors la rupture – fondée en 1969 par Christian Prigent et Jean-Luc Steinmetz à Rennes. Accompagnée tout au long du spectacle par un Sébastien Mesnil au meilleur de sa forme, jouant des claviers, des percussions, chantant, expirant au besoin un air salvateur (la poésie est un souffle), et par les lumières toujours pertinentes et subtiles de Franck Roncière, Marie Thomas, habillée en rouge par Dolores Alvez Bruzat, joue de sa voix chaude et rocailleuse et de son corps souple et plat comme celui de l’Olive de Popeye (d’autres y ont vu Pascale Ogier), de ce corps sensuel, pour délivrer le message essentiel de cette soirée : la poésie est liberté, puissance émancipatrice, elle doit tout emporter sur son passage, et surtout, ne pas être l’apanage des clercs en poésie, aussi ennuyeux que leurs vers rabougris, ou des universitaires avec leurs épuisantes explications de texte et leurs termes savants et abscons. On songe évidemment à la Préface de Léo Ferré : « La poésie contemporaine ne chante plus, elle rampe/Elle a cependant le privilège de la distinction/Elle ne fréquente pas les mots mal famés, elle les ignore ». Alors, forcément, on croise Rimbaud, on croise Artaud, mais aussi Malraux, on cite Verlaine et Céline, on pense à Villon, à Michaux et à Rabelais, pour le meilleur et pour le pire, on s’esclaffe et on s’émeut au flux incessant, inventif et référencé de Verheggen, né du cœur et du corps, du sexe, de la bidoche, de la viande, des humeurs des humains. La poésie est jeu de mots et de vie, elle est libertaire et toujours innovante, et l’entendre ici aussi bien dite et mise en scène, dans une telle osmose du fond et de la forme, procure un grand et intense plaisir.

Laurent Bourdelas (France Bleu Limousin, 29.12.2017)

 

 

NOTES SPECTATEURS : 

C’est du bel ouvrage, ce 
« Ridiculum vitae » .  
Avec « Comme disait mon père… », tu as vraiment choisi des 
créations d’une grande complexité et d’une grande originalité.
La langue de Verheggen colle merveilleusement à la distance amusée, au regard poétique et à ce contact si charnel que Marie a avec son public.
Elle est magnifique et magnifiée par ton regard et sa complicité délicate avec Sébastien est 
évidente.
Le texte est dense. 
Vive l’anarchie des mots/maux du ventre ! 

Mauricette Touyéras 

 

 

Ridiculum Vitae
Un spectacle loin de mots bidons de tous les jours
Un spectacle qui attise le goût sur la langue
Un spectacle magnifiquement porté par une artiste de la mémoire complice du geste en ironie
Un spectacle au sourire frondeur
Un vrai spectacle porteur de tous les possibles trop souvent oubliés
Merci pour cette aventure où l’esprit de bottines en prend pour son rhume
o la poésie nous offre son vent du large.

Edgar Bori

 

 

INFORMATIONS PRATIQUES

Partenaires

Le 19 jullet à 13h

LE SOLILOQUES DU PAUVRE 

de Jehan Rictus

Avec Pierre-Yves le Louarn et Sébastien Debard

Mise en scène Michel Bruzat 

Lumières Franck Roncière

 

THEATRE DES CARMES

ANDRE BENEDETTO

AVIGNON 

04 90 82 20 47 

 

entrée libre