L’HOMME HORS DE LUI (Novarina)

CRÉATION

Avec Yann Karaquillo
Musique : Alain Labarsouque
Mise en scène, scénographie :
Michel Bruzat
Lumières : Franck Roncière
Costumes : Dolores Alvez Bruzat

Texte aérien sur notre existence. Forain, bric à brac.
Une errance langagière et clownesque, un homme en mal d’être né
dans un monde qui ne lui parle pas, jusque dans son propre corps
qui lui est étranger : il est « l’Homme hors de lui »
Les mots inventés de Novarina sonnent comme des vrais, même
mieux que les vrais. Un immense poème de l’existence, lancé
comme une adresse au public, un voyage extraordinaire au pays des
« champs de pas grand-chose », des « carafes déguisées en homme »
Et puis il y a Yann Karaquillo, complice, dansant, bondissant,
chantant et la musique d’Alain Labarsouque.
« Mort à la mort » c’est le cri lancé par Valère Novarina.
Sa parole éclaire comme une torche, jubilatoire et tragique,
métaphysique et burlesque.

 « Bonjour.

Hier au soir j’ai assisté à la générale de l »homme hors de
lui de Valére Novarina. Moment sublime. En osmose totale. J’avais l’impression
de ne pas être au théâtre. Mais dans un espace où je me réinventais. Une
sensation étrange mais bienfaitrice. Tout en douceur. En larmes. En rires.
Heureux j’étais. Apaisé. Merci à vous mes ami(e)s: Michel, Yann, Franck, Alain,
Dolores.

La Passerelle est Michel des passeurs.

Depuis 40ans. Vous donnez à entendre le Verbe. Vous nous
rendez plus humain. Vous nous permettez d’aller à l’essentiel de notre être.
Oui « les mots délivrent l’ancienne vie vocale engloutie ».

Alors spectatrice. Spectateur… C’est à la Passerelle qui
porte bien son nom jusqu’à Dimanche. Jean-Paul Daniel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.